Quels réseaux sociaux pour remplacer les censeurs que sont devenus Facebook, Twitter, You Tube ?

Salimsellami's Blog

Résultat de recherche d'images pour "reseaux sociaux image"

Dernièrement, j’aibeaucoup écritsur la manière dont les médias sociaux tentent de contrôlerla narrative,les électionset la perception publique en virant les médias alternatifs, en les censurant et en les bloquant financièrement. Beaucoup de gens sont prêts à quitter des sites comme Facebook, Twitter et YouTube pour des pâturages moins censurés. Mais quelles sont les alternatives actuellement disponibles ?

En voici quelques-unes à tester.

Mais avant cela, veuillez comprendre que ces initiatives commenceront toutes petites. Aucune d’entre elles ne sera en mesure d’affronter lesBig Techsans aide ni soutien. Nous nous sommes habitués à la gratuité des médias sociaux parce que ces entreprises nous ont pratiquement violés en lisant nos messages dits«privés», en pillant nos données pour les vendre aux plus offrants. En fait, ce n’est pas si gratuit que ça, après tout.

Vous n’y retrouverez probablement pas vos parents, votre meilleur…

Voir l’article original 1 448 mots de plus

Publicités

Marseille : enquête sur les logements insalubres

Alors que plusieurs immeubles viennent de s’effondrer à Marseille, Samia et Sherazade racontent la vétusté et l’insalubrité de leur logement dans le troisième arrondissement de Marseille, la “zone des oubliés” comme la surnomment ses habitants.

Entrée d'immeuble, 3e arrondissement de Marseille
Entrée d’immeuble, 3e arrondissement de Marseille• 

En plein centre de la ville, à dix minutes de la gare et du Vieux-Port, l’arrondissement jouxte Euroméditerranée, l’une des opérations de rénovation urbaine les plus ambitieuses d’Europe. En marge des grands axes rénovés à coups de millions d’euros, les marchands de sommeil continuent à prospérer dans ce quartier aux allures de faubourg, surnommé « la zone des oubliés » par ses habitants. Dans cette émission, Shéhérazade et Samia racontent leur quotidien dans les logements insalubres. 

Shéhérazade, bientôt 17 ans, habite dans un appartement insalubre depuis 8 ans. 

Je vais pas vous mentir, j’ai froid la nuit. À cause de la fuite d’eau et de l’eau qui monte, ma mère a arrêté l’électricité. On s’est regroupés tous les cinq dans la même chambre pour vivre. 

Immeuble, 3e arrondissement de Marseille
Immeuble, 3e arrondissement de Marseille• Crédits : Pascale Pascariello – Radio France

Je suis souvent en retard à l’école. J’ai envie de dormir quand je suis en cours. J’ai du mal à me concentrer quand je révise. J’aimerais bien avoir une chambre à moi pour travailler. Les professeurs ne sont pas au courant, je ne leur raconte pas ma vie.

La jeune femme, qui a déjà redoublé deux fois, préfère rester discrète sur sa situation. Lorsque ses amies lui demandent si elles peuvent venir chez elle, elle explique que sa chambre n’est pas bien rangée. Mais vivre dans l’insalubrité n’empêche pas Shéhérazade de prendre soin d’elle. 

J’ai un peu honte quand je ramène mes copines. Je leur mens, je leur dis que ma chambre n’est pas bien rangée. Je suis toujours bien habillée, bien maquillée, mais au fond, je vis dans la pauvreté. Du coup, au collège, je préfère rester seule. Ici, il n’y a pas d’eau chaude. On est obligés de se laver avec l’eau chaude que ma mère réchauffe. Parfois, je vais chez ma tante et j’en profite pour prendre un bain. C’est trop bien, j’aimerais m’endormir dedans.

Un jour, alors qu’elle rentre chez elle, la collégienne sent quelque chose monter le long de sa jambe. 

C’était un rat ! Il s’est accroché à mon pied, il m’a mordu, il était tout mouillé. Quand je suis rentrée chez moi, ma jambe était paralysée. J’avais du mal à marcher, je suis allée à l’hôpital. Ils m’ont donné des médicaments, et j’ai dormi pendant trois jours. Voilà, il faut se méfier des petits rats. 

Quand je rentre chez moi, le bloc est pourri, mais au moins c’est propre, le ménage est fait. J’aimerais bien avoir un appartement pour mes parents, pour qu’ils soient heureux. J’aimerais bien qu’ils aient le sourire aux lèvres, parce que je sens un truc triste chez eux.

Samia a 20 ans. Arrivée en France en 2009, elle vit avec sa famille dans un immeuble insalubre. Sa mère se remarie, et la famille s’agrandit. Aujourd’hui, ils sont sept, entassés dans un petit deux-pièces. Le quotidien n’était pas facile pour la jeune femme, surtout au moment de la puberté, où elle recherchait un peu d’intimité. 

On partageait tout ensemble, et quand j’ai eu 13 ans, ça me gênait. Je ne voulais pas me changer devant tout le monde.

On faisait nos devoirs aux toilettes, c’est mon petit frère qui m’a montré cette technique. Je rêve de devenir auxiliaire puéricultrice, et dans mes toilettes quand je faisais mes devoirs, je rêvais d’être en blouse blanche, en train de m’occuper des petits nourrissons. 

Grâce à l’aide de l’une de ses professeurs qui a cru en elle, Samia a finalement pu passer son bac :

Elle me disait que j’avais les capacités, que je voulais réussir. J’avais des mauvaises notes, et je lui ai expliqué ma situation. Je lui ai dit tout ce qu’il y avait chez moi. Elle a compris, sans me juger. Parfois, j’allais chez elle faire les devoirs, et j’ai eu une bonne moyenne au troisième trimestre. C’est rare d’avoir un prof qui vous considère comme ça.

France culture

Si t’es un homme politique inconnu (sauf…Tu est marié depuis 2017 à Sarah Boualem, petite-fille du bachaga Boualam, militaire et homme politique français et harki,et que tu n’as strictement rien à proposer, tu peux tenter une bonne vieille polémique sur les femmes voilées. Ça marche à tous les coups.

Face aux jambons dans les rayons halal, j’ai décidé de nous venger. J’ai mis ce saucisson halal dans le rayon cochon ! Peut être qu’ils l’achèteront en se trompant et deviendront musulmans.

Bravo au collectif Design for everyone ! LE COLLECTIF QUI HACKE LE MOBILIER URBAIN ANTI-SDF

Grâce à ce collectif, les SDF peuvent de nouveau se reposer sur ces bancs conçus pour les empêcher de s’allonger. Une riposte remarquable.

Symptôme affligeant d’un monde sans compassion ni dignité, de plus en plus de grandes villes s’équipent en mobilier anti-sdf. L’idée ? Tout faire pour que les sans-abri n’aient plus les moyens de s’allonger sur un banc ou un rebord de fenêtre. L’objectif : donner l’image d’une ville propre et, paradoxalement, accueillante… Vous trouvez cela ignoble ? Eh bien sachez que vous n’êtes pas le seul. À Bruxelles, un collectif réplique à cette aberration par une initiative géniale : outils à la main, il transforme ce mobilier pour le rendre de nouveau accessible à tous ! Présentation.

Ce collectif, c’est Design for everyone (en presque français, « design pour tous »). Il a été créé il y a un an et demi, suite à la visite de la chancelière allemande dans la capitale belge. Comment est-ce que ça a commencé ? Réponse de Charlotte, co-fondatrice du mouvement, sur le site de la RTBF :

« Lors de la visite d’Angela Merkel, les sans-abris ont été priés de partir et des grilles ont été placées. On s’est donc dit qu’il fallait les enlever car selon nous, elles ne sont pas une solution.« 

Depuis, le collectif multiplie les opérations de ce genre en réadaptant le mobilier existant afin de le rendre à nouveau accessible aux SDF. Exemple :

« On a repéré il y a quelques semaines un banc qui nous posait question de par son design. Son design fait en sorte qu’il n’y a pas d’assise plane. Ils ont ajouté des arceaux en métal, c’est très design mais ça ne sert à rien, à part empêcher sans doute que quelqu’un puisse se coucher dessus. Nous, on veut que les gens se saisissent de la question donc on a construit une structure qui va s’adapter. On va la glisser sans abîmer le banc pour lui redonner cette assise plane.« 

La RTBF a filmé l’opération et son reportage ets disponible ici. En photos, voici ce que ce type d’intervention peut donner…

Préparation :

Exécution :

Signature :

Un banc de station de métro avant intervention :

Pendant l’intervention :

Après l’intervention :

Les SDF n’ont déjà pas d’abri et on voudrait en plus les empêcher de s’allonger ? C’est quoi le but ? Les éliminer ? Contre cette vision du monde déplorable, voici une riposte exemplaire et remarquable.

Bravo au collectif Design for everyone !