Les clivages qui traversent l’opinion algérienne sont passés à l’arrière-plan face à l’humiliation qu’elle subit depuis trop longtemps.