PIERRE BELAIN D’ESNANBUC et VOLTAIRE…..

PIERRE BELAIN D’ESNANBUC

Esnanbuc

Pierre Belain d’Esnanbuc est né à Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime) en mars 1585.

Marin, flibustier et aventurier, il jeta les bases de la colonisation française aux Antilles entre 1625 et 1635, y massacra les autochtones et y introduisit des Africains déportés qu’il mit en esclavage.

D’Esnanbuc, lieutenant du flibustier Urbain du Roissey, s’employait à attaquer les galions espagnols, lorsqu’il dut se réfugier à Saint-Christophe (Saint-Kitts) en 1625. Il y trouva des naufragés anglais et s’entendit avec eux pour se partager l’île, après avoir massacré les Caraïbes qui s’y trouvaient.

Le 31 octobre 1626, D’Esnanbuc, de retour en France, obtenait de Richelieu le privilège de coloniser, avec du Roissey, Saint-Christophe, La Barbade et les îles du voisinage. Richelieu s’associa avec D’Esnanbuc et Du Roissey dans la compagnie des îles de Saint-Christophe et mit des bateaux à la disposition de la compagnie à partir du Havre.

Une autorisation lui fut donnée par Richelieu pour faire entrer 40 Africains à Saint-Christophe et les y maintenir en esclavage.

Fort de ce privilège, D’Esnanbuc repartit le 22 février 1627 avec 4 navires, portant 532 engagés, dont la plupart ne survivront pas au voyage ni au climat.

Il finit par occuper la Martinique, la Guadeloupe (28 juin 1635), Marie-Galante, la Martinique (1er septembre 1635), ayant fondé une seconde compagnie, la Compagnie des îles d’Amérique.

Belain d’Esnabuc est mort à Saint-Christophe en 1636.

Voltaire2

Voltaire n’était pas seulement un auteur qui a exprimé sans retenue aucune son racisme et sa négrophobie.

C’était surtout un homme d’affaires. Très attiré par l’argent, il fit une fortune considérable, employant toutes les manières légales qui étaient possibles en son temps.

La question, dès lors, n’est pas de savoir si Voltaire a été impliqué dans les expéditions de traite, qui firent les bonnes affaires du siècle des Lumières, mais pour quelle raison il se serait privé de cette manière de s’enrichir, lui qui s’est employé dans ses ouvrages à exprimer l’infériorité supposée, physique et morale, des Africains et leur prétendue responsabilité dans l’esclavage.

Voltaire cultivait son image d’intellectuel et agissait en affaires par l’intermédiaire d’hommes de confiances et de prête-noms.

Il n’avait aucun intérêt, c’est évident, à ce qu’on sache de quelle manière il avait fait fortune.

Beaucoup de preuves de l’implication effective de Voltaire dans le trafic ont disparu avec la correspondance commerciale de Voltaire qui s’est évaporée comme par enchantement.

Mais il en reste au moins une.

Le 1er décembre 1751, un bateau négrier, Le Saint-Georges, est parti de Cadix pour la Guinée.

Voltaire avait personnellement engagé 2500 piastres dans cette expédition.

Outre qu’il a spéculé sur les produits coloniaux qui arrivaient des Antilles à Cadix et qui résultaient du travail des esclaves, Voltaire savait très bien que Cadix était un port négrier.

Ainsi Voltaire a-t-il, sans contestation possible, cofinancé au moins une expédition négrière et très vraisemblablement plusieurs autres.

Une statue de D’Esnanbuc trône sur la place de la Savane à Fort-de-France (Martinique) pour pérenniser la mémoire de la colonisation de l’île, le massacre de ses habitants et l’introduction de l’esclavage raciste.

statue d'Esnanbuc
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.