Dernieres infos

Le sambo, art martial russe

Le sambo, art martial russe peu connu et aux multiples formes

mediaDeux pratiquants de sambo-combat

Le 16 novembre 2018, le sambo fêtera les 80 ans de sa naissance officielle en tant que sport. Alors que débute les 42e Championnats du monde (9-11 novembre à Bucarest), cet art martial russe demeure toutefois peu connu du grand public, dans certaines régions du monde. La faute, peut-être, à ses origines soviétiques et à sa grande richesse.

Le président de la Russie Vladimir Poutine, la nouvelle star des arts martiaux mixtes (MMA) Khabib Nurmagomedov et le personnage du célèbre jeu vidéo « Street Fighter 2 » Zangief ne partagent pas qu’un point commun, être russes. Tous trois pratiquent ou ont pratiqué le sambo, cet art martial officiellement inventé au début du XXe siècle en ex-Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et perfectionné notamment pour les besoins de l’Armée rouge.

UNE PRÉSENTATION LUDIQUE DU SAMBO

Une discipline peu connue

Le sambo s’apprête à fêter ses 80 ans en tant que pratique sportive mais reste peu connu du grand public, dans certaines régions du monde, comme l’Europe de l’Ouest. Il l’est en tout cas moins que les arts martiaux asiatiques comme le judo, le karaté, le kung fu ou que d’autres sports de combats comme la boxe anglaise, le kickboxing ou les luttes (libres, gréco-romaines, etc.)…

Le sambo doit aussi composer avec la popularité grandissante d’autres disciplines comme le MMA ou le krav-maga, très à la mode, alors qu’il propose pourtant une offre complète.

Le sambo a en effet une particularité qui peut dérouter. Il existe sous trois formes bien différentes : le sambo sportif qui présente des similitudes avec le judo et la lutte ; le sambo-combat où les coups (poings, pieds, tête, coudes), projections et étranglements sont autorisés, par exemple ; et le sambo de self-défense qui se rapproche de la version développée pour les besoins de l’Armée Rouge.

UNE DÉMONSTRATION DES DIFFÉRENTES FORMES DE SAMBO, À PARIS, EN 2017

Une percée internationale

Le plus gros handicap du sambo sur la scène internationale, c’est peut-être son absence des grandes manifestations sportives comme les Jeux olympiques ou les Jeux mondiaux. Membre de l’Association globale des fédérations internationales sportives (AGFIS, ex-SportAccord), la Fédération Internationale Amateur de SAMBO (FIAS) tente toutefois de se faire connaître en-dehors de ses pré-carrés russes et est-européens.

L’organisation des premiers Jeux Européens, en 2015 à Baku (Azerbaïdjan), a donné un coup de projecteur au sambo sportif. Cette variante est également au programme de la prochaine édition, prévue en 2019 à Minsk, en Biélorussie.

Mais le prochain grand objectif de la FIAS est l’entrée du sambo au programme des Jeux olympiques 2024, à Paris. La concurrence s’annonce toutefois âpre, les sports de combats représentant déjà quasiment un quart des disciplines figurant aux JO…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s