Dernieres infos

Algérie-Focus ait été cédé au MOSSAD.

OVH, L’Internet giga familial

Le clan Klaba : Sou Moukien (DRH), Halina Klaba, Henryk Klaba, Octave Klaba, Nicolas Merlin (resp. financier) et Miroslaw Klaba. - Photos Christophe Alix
Le clan Klaba : Sou Moukien (DRH) juive Falachas d’Éthiopie, Halina Klaba, Henryk Klaba, Octave Klaba, Nicolas Merlin (resp. financier) et Miroslaw Klaba. – 

  • Grâce à l’hébergement de l’entreprise familiale talmudipède Klaba,
    le mot ordre du site:
    «L’ambition d’ALGERIE-FOCUS est de décrypter l’information en profondeur et promouvoir la production intellectuelle principalement de la communauté algérienne et de sa diaspora»

    – Production intellectuelle ?

    – Plus clairement de la propagande juive anti-algérienne et de la délinquance morale à profusion (voir sujets traités par le site, plus loin)
    – Diaspora ?
     Ceux que Ferhat M’Henni a représenté lors de sa visite à Tel Aviv ?
    Un air de Famille ?
    «Aujourd’hui, le 15 mai, je vous annonce cher(e)s lecteurs et lectrices, mon départ d’Algérie-Focus. En effet, j’ai décidé de transmettre le flambeau et de céder cette lourde responsabilité à une nouvelle équipe, car je quitte mes fonctions de rédacteur en chef pour des raisons personnelles.»(« Au revoir, Fayçal Anseur« )
    « Sa lourde responsabilité » a été allégée par l’achat de son site et  un chèque « personnel »  délivré par le MOSSAD israélien via les courtiers juifs KLABA, photo ci-dessus et introduction à leur entreprise OVH au Lien (Wikipedia).
    Dernière innovation technologique (SIC) :
    Algérie-focus parraine le Crypto Kamel DaÔud, le libertin et islamophobe. Le sans pudeur poursuit sa vendetta personnelle contre Boutéflika, son dénigrement de l’Islam et des Musulmans, son travail de sape psychologique contre la société algérienne, etc…
    Installé à Paris dans le sérail de la propagande juive, l’ennemi de l’intérieur et mercenaire de la plume (que la Maçonnerie tlemcénienne a enguirlandé de Prix littéraires au frais du contribuable  – LienLienLien !) bénéficie des derniers outils de l’ingénierie sociale : les réseaux sociaux gravitant autour de « Facebook, des sites et forums. Exemples, « mouwatin.com », « citizen.think.net », gérés par Kamel Haddar un ambitieux technocrate abreuvé de mythologie maçonnique et adepte du NOM, nous rabâche sa dévotion pour les TIC servant les idéaux de liberté et de démocratie. Pendant que les institutions internationales et leurs pantins de dirigeants (ONU et ONG’s) chargés de la promotion de ces utopies idylliques, se sont débarrassées des  caprices philosophiques de leur charte en se soumettant au diktat des belliqueux généraux de l’OTAN et d’Israël, pointent à l’horizon du web ces énergumènes à l’envergure de technocrates sans conscience qui prêchent les bienfaits du modernisme et souhaitent nous convertir au culte satanique du Nouvel Ordre Mondial Talmude.
    Bercés d’illusions, le crane bourré de l’endoctrinement juif et possédés par les pratiques cabalistiques dispensées par les hautes écoles de « business management », ces disciples de la maçonnerie de bas étage s’enflent de leur promotion au rang de futurs jeunes leaders, leaders du monde virtuel que la juiverie internationale leur fait lorgner à l’horizon.  Les observateurs avertis leur préférant le qualificatif d’idiots utiles, entendre «utiles à la cause des talmudipèdes du Peuple Élu ».
    _____________________________________________
    (Note : Capital.fr fait l’éloge de l’ISP et dévoile l’étendue de son pouvoir qui réconforte le contrôle juif de l’internet. Une gifle aux internautes assoupis qui s’imaginent que la toile est un monde féerique où seules la science et la technologie règnent en maitres.
    Voir également plus d’infos au Lien :
    La femme de couleur au premier rang, Sou Mookien, est une Falasha israélienne recyclée en DRH pour la circonstance.
    _____________________________________________
    Les thèmes favoris d’Algérie-Focus :
    – Le dénigrement gratuit et sans retenue de Bouteflika.
    – Le travail de sape de l’opinion algérienne grâce au rabâchage des
    insuffisances du pays, selon les techniques d’intox similaires à celles développées par d’El Watan, le cheval de Troie Rothschildien (BNP Paribas).
    – L’apologie du blasphème et des abominations morales et spirituelles véhiculés par le NOM, à savoir laicité/athéisme, homosexualité (Lire article , Lien), en un mot la dégénérescence humaine prêchée par les enfants de Satan et adoptée par l’idiot utile Fayçal et ses acolytes.
    Un aperçu du « savoir » que Algérie-Focus tente de vous inculquer,  échantillon de sa propre décadence :
     Sans trop tarder sur la ligne rédactionnelle nauséabonde de ce quotidien on-line, il est bon de souligner sa parfaite symbiose avec les quotidiens « indépendants » (El Watan, Le Matin, etc…) sur tous les thèmes chers au NOM. Le dernier en date traitant de la destruction en cours de la Syrie par l’OTAN et ses hordes de coupes-têtes d’Al Qaida. L’opération calquée sur celle de la Libye, rencontre chez les « ennemis de l’intérieur » du monde arabo-musulman la même ferveur « révolutionnaire ». Au mépris des vies humaines innocentes et de la ruine totale du pays, les harkis de la plume se sont engagés dans la campagne d’intox internationale aux cotés des mass-média juifs.
    -Une simple coïncidence ?
    -Ou plus vraisemblablement l’expression d’une communauté de convictions morales/religieuse latentes. La virée de Ferhat M’henni en Israël et son éloge des criminels juifs qui tyrannisent la planète, signalent l’existence parmi nous de renégats dont la complicité avec les tenants du NOM talmude ne devrait pas tarder à apparaitre au grand jour. Une tradition ancestrale de ceux qui se revendiquent de la descendance de Massinissa, le mercenaire à la solde de Rome qui choisit le camp du plus fort au détriment de ses autres concitoyens !
    Inébranlables quand à eux, les descendants de Tarek Ibnou Ziad et de Amirouche veillent à ce que l’histoire ne se répète pas.
     Allah l’interdisant en cette noble terre musulmane chèrement acquise à la Foi !

Jusqu’à décembre 2010, rares en France étaient ceux qui avaient entendu parler d’OVH. L’affaire WikiLeaks bat alors son plein, Eric Besson, ministre de l’Economie numérique, révèle qu’un obscur prestataire technique, basé dans la zone industrielle de

Pour Octave Klaba, directeur d’OVH, le baptême du feu médiatique est inattendu. C’est, dit-il, dans la presse qu’il a appris que ses datacentershébergeaient le site de Julian Assange. Une blague ? Non, OVH n’a d’ailleurs pas été inquiété par la justice. Protégées par de hauts murs de brique surmontés de barbelés, les machines d’OVH — pour «On vous héberge» — n’ont fait que fournir automatiquement un espace de stockage à un client, qui s’est révélé être mandaté par WikiLeaks.«Prestataire technique de la solution technique que le client a commandée» , Octave Klaba ne se mêle pas de connaître l’activité ou le nom de ceux qui utilisent son infrastructure, si gigantesque que les données de WikiLeaks y occupent une place nanométrique.

Mégalopole virtuelle, OVH compte trois centres (Roubaix, Paris et Strasbourg) qui stockent 100000 téraoctets de données et consomment autant d’électricité qu’une ville de 20 000 habitants. Avec 100000 serveurs installés dans des kilomètres de baies, l’entreprise héberge 18 millions de sites. En 2011, OVH est devenu le numéro 1 en Europe de l’hébergement — un site européen sur six, un français sur trois. Une place conquise en dix ans, et en partant de zéro. A l’origine de cette pépite, un couple de Polonais et ses deux fils, arrivés en France en 1991 avec 5000 dollars en poche. Actionnaires uniques de cette entreprise qui emploie 440 personnes et pèse 100 millions de chiffre d’affaires, ils n’ont jamais compté que sur leurs forces : capital-risque, banque, Bourse, connaissent pas.

Des serveurs parmi les 100000 que compte l’entreprise

Henryk, Halina, Octave et Miroslaw

Voilà donc une famille de quatre ingénieurs de 29 à 63 ans qui continue de vivre très simplement et réinvestit tous ses bénéfices dans la société. Le père, Henryk, «monsieur Klaba» comme tous l’appellent ici, est le président. Organisateur et bricoleur de génie, il a inventé une technique de refroidissement des serveurs par un système à eau qui a permis à OVH de diviser par deux ses coûts énergétiques. La mère, Halina, très discrète, s’occupe des finances. Le fils aîné, Octave, qui a eu l’idée d’OVH avant d’y embarquer toute la famille, en est le directeur général. C’est le créatif, le visionnaire qui voit Internet comme «un magma d’idées débordant d’un volcan en éruption permanente et à son contact les idées refroidissent vite» . Enfin, il y a le petit frère, Miroslaw, alias Miro, le responsable de la recherche, qui se définit comme le conciliateur de la famille.

Un casting 100% Klaba, dans une entreprise très jeune (27 ans de moyenne d’âge), sans hiérarchie ou presque. Son histoire prend ses racines dans celle de l’émigration polonaise du siècle dernier, avec Marian Klaba, le grand-père d’Octave et Miro, né près de Béthune, dans les années 20, d’un père originaire de la Pologne minière de Silésie. Comme son père, Marian «embauche» dans la mine à 13 ans. Devenu français, il se marie en 1946 avec une «pure Polonaise rencontrée en France» , dixit Octave, qui se fait le porte-parole de la mémoire familiale, douloureuse. La jeune fille est issue d’une famille de paysans qui possédait des vergers de pommiers en Pologne avant que le gel la contraigne à revendre leurs terres et à partir «au charbon», littéralement, en France.

Le beau-père de Marian, au fond de la mine, rêve de se refaire un verger en Pologne. Il envoie régulièrement de l’argent à son frère resté au pays pour qu’il rachète des terres. Vient la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Pologne est à reconstruire, c’est le moment de repartir : Marian, sa femme et ses beaux-parents tentent un retour à la terre polonaise et aux pommes. «Ils sont rentrés en train , raconte Octave, heureux. Sortir de la mine, ça a toujours été le but dans la famille.»Mais aucun verger ne les attend : l’oncle a tout dépensé au jeu.

Octave, le fils aîné Klaba, DG d’OVH

La haine des communistes

Retour à la case départ et à la mine, en Pologne cette fois, car le rideau de fer est tombé et les nouvelles autorités communistes interdisent au couple de repartir en France, alors qu’ils ont tous deux la nationalité française. «C’était désespérant mais il n’y avait rien à faire, poursuit Octave. L’esprit de résistance familial vient de là.» En 1949, le couple a un fils, Henryk. La petite famille se fait enregistrer au consulat de France, au cas où. «De fait, ils étaient considérés comme des agents de l’étranger, raconte Octave, très surveillés, avec l’interdiction de sortir du pays.»

Elevé dans la haine des communistes, le jeune Henryk est promis à un destin minier. Mais il tirera le meilleur profit du système éducatif socialiste : il entre à l’Ecole polytechnique de Varsovie et en sort ingénieur. Il y rencontre Halina, qui deviendra sa femme. Encore étudiante, elle accouche d’Octave, en 1975. Miro naît sept ans plus tard.«Notre enfance a été heureuse , se souvient Octave, même si on ne trouvait que du vinaigre dans les magasins. Le système D, ça apprend à se démerder.»

La famille habite à Wałbrzych, non loin de la frontière tchèque, en Silésie, berceau des Klaba. Henryk, gros bosseur, monte dans la hiérarchie socialiste, mais sans jamais frayer avec la nomenklatura. Il terminera sa carrière à la tête d’un kolkhoze de 550 personnes et de 2 000 hectares. «Un ingénieur né , dit Miro. Le genre à vous faire lever les yeux au milieu d’un champ de pommes de terre pour vous détailler le montage des lignes électriques qui le traverse.»

C’est dans les années 80 que les Klaba, baignant dans cette ambiance «Géo Trouvetou» tandis que la Pologne est en pleine insurrection, découvrent la micro-informatique. Parti pour acheter une voiture, Henryk revient à la maison avec un ordinateur Amstrad. Ses deux fils se révèlent des geeks très précoces. Octave «code» avant d’avoir soufflé ses dix bougies et débugue le système de comptabilité du kolkhoze paternel en échange de chocolats. Miro sait taper son nom avant de savoir l’écrire.

Après la chute du mur, en 1989, l’espoir de partir en France renaît, les échanges avec les Klaba restés dans l’Hexagone s’intensifient. Des cousins d’Henryk gagnent le nord de la France avec un visa touriste. «Ils y restent et on se dit que si on veut tenter notre chance, on a intérêt à se dépêcher avant que les autorités nous bloquent» , se rappelle Octave, alors âgé de 16 ans. Un jour, les parents demandent solennellement à leurs deux fils de choisir entre les deux pays. «Ils nous ont dit que pour eux, il était trop tard pour refaire leur vie ailleurs. C’était à nous de décider.» Banco. Les Klaba vendent tout, vivent un an sans meubles et, en 1990, les voilà qui franchissent la frontière dans leur Wartburg (une Trabant, en plus gros) avec leur vie dans un coffre. L’arrivée est rude.«On avale l’amour-propre et on y va» , résume Octave.

Le directeur de kolkhoze se retrouve tourneur fraiseur. Octave, qui ne parle pas un mot de français, rétrograde de la seconde à la quatrième. Il finira par s’intégrer grâce à sa mobylette avec laquelle il gagne sa liberté, et son groupe de heavy metal . Il s’accroche, passe son bac et rentre en prépa avant d’intégrer, comme son frère plus tard, l’Institut catholique d’arts et métiers de Lille. Le voilà donc «ingé», comme papa.

Pourtant, Octave Klaba rêve de tout sauf de «carrière» . Il résume les cinq semaines passées chez Alcatel à Rennes, sa seule expérience professionnelle hors d’OVH : «Ça m’a tué.» «Oles von Herman» (c’est le pseudo qu’il s’est trouvé en maths sup, par «pur délire» ) passe depuis longtemps ses jours et ses nuits sur sa page perso en ligne, un bric-à-brac de forums et de petits «utilitaires» en libre-service, comme des compteurs de pages. Il cherche un hébergeur pour son site de plus en plus volumineux.

Le jeune Octave trouve enfin refuge sur le serveur d’un Américain de Pennsylvanie. «Il n’y avait rien en France, le néant.» Le peu d’argent qu’il gagne, il l’engloutit en heures de connexion. La fréquentation augmente, le contenu explose et l’Américain ne tient pas la charge. SOS.«Je ne sais pas ce qui m’a pris, je n’avais pas un rond mais j’ai pris le premier avion avec mon serveur sous le bras pour lui venir en aide» , se rappelle-t-il. Un choc qui décidera de son avenir. Il s’attendait «à une salle blanche futuriste» , il tombe sur «une cabane en bois avec deux vieilles bécanes. Ça m’a ouvert les yeux sur l’arrière de la boutique Internet, c’était très facile» .

Dans l’esprit du logiciel libre

De retour en France, il démarre sa propre activité d’hébergement. OVH cesse d’être un pseudo et devient le sigle d’une association très partageuse dans l’esprit du logiciel libre. «Non seulement je ne gagnais rien, mais je dépensais tout l’argent de mes stages à aider les gens et héberger leurs sites. Ils ne payaient qu’une fois, et encore, envoyé notre première lettre de relance.» Les parents Klaba ne partagent guère les choix de leur fils : «Ils auraient voulu que leur ingénieur de fils se cherche un « vrai » métier. Pour eux, j’étais un fanatique, ce qui n’était pas faux.»

Début 2000, Octave les convainc tout de même de lui prêter 7000 euros pour transformer OVH en société. Le premier local est une cave et les débuts sont difficiles, mais Octave trouve notamment le soutien de Xavier Niel, entrepreneur à succès qui vient alors de lancer Free. Niel lui prête un sous-sol dans l’est parisien pour installer ses premières fermes de serveurs. Comme Niel avec Free, Octave va enfin pouvoir mettre au point un modèle d’hébergement qui casse les prix. Son secret ? Tout faire soi-même. Du montage des serveurs au design des baies en passant par l’architecture des datacenters dont le dernier, Roubaix-4, n’a même plus besoin de climatisation.

Pour approvisionner ses datacenters de Strasbourg, la société s’est lancée dans la production d’énergie en investissant dans un parc d’éoliennes en Lorraine. «La maîtrise des technologies est la clé pour abaisser les coûts, explique Octave, il n’y a que sur les salaires qu’on ne fait pas d’économies.» Après avoir ouvert seize filiales — la première est en Pologne et la dernière au Sénégal –, OVH se lance à l’assaut du marché nord-américain, le premier au monde. Octave vient de s’installer avec femme et enfants à Montréal, tête de pont d’OVH pour la conquête du Nouveau Monde. «Outre-Atlantique, les hébergeurs sont quatre fois plus chers qu’OVH, et ils ne comprennent rien à notre modèle , dit-il. Il faut se dépêcher d’en profiter. On va leur montrer qu’on n’est pas des Bisounours.» 
Contenu relatif au fait qu’Algérie-Focus ait été cédé au MOSSAD. Ma dénonciation de la nature et du rôle de ce ramassis de renégats qui dénigrent leur pays d’origine de leur confortable fauteuil, de Paris, Montréal ou Londres, était indulgente. Car en fait, le site a toujours été dirigé et contrôlé par le Mossad. Une vérité, une palissade, chez les nombreux analystes qui décortiquent l’actualité et les tendances de la politique internationale actuelle menée par les tenants du Nouvel Ordre Mondial Talmude. L’agenda spécialement dressé pour instaurer le chaos dans le monde musulman se sert de ces idiots utiles qui se prêtent au jeu de la propagande juive dirigée contre tout opposant à leur hégémonie. Les exemples de la Libye, de l’Égypte, de la Syrie, sont d’actualité et illustrent le mal que ces « contestataires » de diverses idéologies peuvent provoquer lorsqu’ils s’allient à « l’Axe du Bien » célébré par les néocons juifs américains et leurs alliés/proxies. Chose connue qu’il suffit de constater par la consultation des études et analyses publiées par de nombreux observateurs avertis, citoyens de pays endurant le diktat juif. Diktat visible à travers le monopole des banques et de la finance, des média, des partis politiques, des institutions de l’état et des gouvernements, de la justice, de la culture, et de l’éducation. Le MOSSAD contrôle les sites d’opposition « algériens » militant pour les prétendus « combat et défense des droits », un activisme en apparence pacifique, au stade actuel, car la déception fut grande après l’échec militaire des ex-djihadistes d’Afghanistan recrutés par le wahhabisme et embrigadés dans les hordes de combattants opposés à l’URSS en premier lieu puis « délocalisés » vers leur pays d’origine. Devant la déconvenue des partis Islami-miques recrutés à Londres, les enfants de Satan misent sur leurs agents formés à l’ingénierie sociale, dans la poursuite du travail de sape (Ex. Kamel DaÔud, Boualem Sansal, une partie de la presse indépendante financée par Rothschild ou sa progéniture du Golf). Toute l’opposition est contrôlée, soumise et disciplinée, au service du « diviser pour régner ». Même certains Amazighes d’une minorité d’aigris et d’islamophobes versés dans le racisme sont attelés à la stratégie juive du démantèlement de l’Afrique du Nord

Des adeptes de la nébuleuse amazighe menée par FerKhat Mehenni avaient crié au scandale et traité de mensongère ma dénonciation (en 2009 !) des liens existant entre FerKhat et le Mossad . Une perspective prouvée authentique en 2011, après que l’égaré se soit déshabillé publiquement en affichant ses intentions réelles lors d’une « visite officielle » en Israël, narguant à l’occasion 35 Millions d’Algériens ! Le même scénario s’est répété avec Boualem Sansal. Commentant mon article, une internaute m’avait traité d’envieux et de jaloux envers le personnage, qu’elle élevait au rang de monument de la littérature française.

Les provocations FerKhat-Sansal ne produisant pas les résultats escomptés au sein de la mouvance amazighe, les deux recrues du Mossad sont mis en veille dans l’attente d’une utilisation future propice. Mais pour le moment la trêve n’est pas pour autant déclarée, c’est au contraire des caractères du genre Kamal Daoud qui sont promus et mis en scène pour catalyser le mécontentement populaire par le travail de sape dont les méthodes sont connues et constamment raffinées dans les laboratoires d’ingénierie sociale israélienne. Son affectation à Algérie-focus hébergé par OVH, est significative du rôle qu’on compte lui faire jouer dans les opérations de guerre silencieuse en cours. Son dernier « Raina Raikoum », expose de manière claire sa haine de l’Algérie et son amertume envers l’armée victorieuse après la réussite de l’opération d’In-Amenas qui a signé l’échec des mercenaires des services CIA/Mossad. Rappelons un fait amplement documenté sur tout l’espace internet, que Mokhtar Belmokhtar avait été pris en charge en Arabie Séoudite, puis à Peshawar, par la CIA, lors de la guerre d’Afghanistan (1979). Des milliers de Jihadistes aguerris avaient été recyclés par leurs employeurs des CIA/Mossad dans l’opération de déstabilisation de leur pays d’origine, musulman bien sûr ! Résultat en Algérie : la « décennie noire ».

Les ennemis de toujours, éternels conspirateurs, ou juifs, ou talmudipèdes, ou enfants de Satan, ou encore « maitres de l’intrigue »sont la cause des malheurs de l’humanité. Ils sèment sans relâche la mort parmi les Goyim, par l’entremise de leurs proxies naturellement : l’OTAN; les forces alliées; les pantins politiques; les gouverneurs fantoches et corrompus; leurs esclaves franc-maçons; les recrues et mercenaires jihadistes; les détenus des prisons israéliennes ou de type Guantanamo (il y en a des centaines, même à bord de prison-bateaux) conditionnés en vrais Zombies psychopathes (cf. Hakim Abdul Belhaj le libyen !).

Dans cette guerre sournoise de Satan et de ses « enfants élus » contre le reste de l’humanité, l’information est une arme indispensable à la réussite de toutes les opérations de subversion, guerres militaires classiques, ou « silencieuses ». A ce titre l’internet/Web est l’objet de toutes les convoitises vu sa dimension et l’amplitude de la circulation libre et gratuite de l’information. Un volet essentiel de la manœuvre de contrôle de ce méga-média est la gestion de l’hébergement des sites web. Ceci n’est qu’une lapalissade, un truisme, pour quiconque modestement informé des enjeux inhérents à l’utilisation de cet outil.

Conclusion logique, mathématique : le courtier juif de la collecte de l’information, le Mossad, est impliqué dans le travail de domestication, de quadrillage et de surveillance des hébergeurs de sites.
OVH en fait inexorablement l’objet. Consentant ou pas, il en tire profit, d’ailleurs sa montée prodigieuse dans l’industrie n’est pas uniquement due à l’ingénuité de ses concepteurs, mais aussi à sa collaboration tacite avec la nébuleuse talmude. Voir image ci dessus, de la consolidation de l’entreprise et du renforcement du racket talmude après l’achat d’OXALY : «le spécialiste français du calcul haute performance (HPC) rejoint OVH». Dans ce cas pour écrémer la recherche dans tous les secteurs au profit des laboratoires israéliens !
On s’en douté……de visu : (Lien)

Alban Schmutz d’oxalya : « OVH.com et Oxalya partagent la même culture d’entreprise, elles ont le même ADN : innovation et expertise !» 

C’est un relais, une banque de données qui contrôle le contenu de millions de sites de toutes les tendances politiques, des mouvements d’opposition, des mercenaires de la plume (Kamel DaÔud), des harkis de la culture, des agents de sabotage économique et social (armes silencieuses), etc…
Ainsi, il en est de même des quotidiens « dna-algerie.com/ »,  » ennaharonline.com », « echoroukonline.com », « lequotidien-d’Oran » (Kamel Daoud), « tsa-algerie.com », « algérie-focus » (kamel daoud), etc… Leur forum de discusssion, les commentaires des lecteurs (authentiques ou « virtuels »), constituent une source intarissable de données statistiques équivalentes aux sondages d’opinion tant utiles aux experts de la manipulation de masse et du sabotage sociopolitique.

C’est une vraie bonanza du renseignement que le Mossad récolte, à moindre frais !

La réputation de cette poubelle de l’internet n’est guère atteinte par le recèle des abominations humaines, enjolivées d’euphémismes, « Divertissements pour adultes », qualifiées « d’industrie » et de « commerce » où les enfants des goyim sont livrés à la jouissance des enfants de Satan qui en plus récoltent les dividendes de ce commerce. La pornographie est une industrie juive. Lire Henry Markow, à ce propos pour constater la monstruosité de cette race maudite par Dieu et ses Prophètes.(Lien ou « jews and porn » )

Dans le même registre l’usure s’est métamorphosée en socle de la finance sous différentes tournures que les shylocks oxymorent en « investissement », « aide », « soutien financier », etc…
De la justice ?
Une copie de l’ordonnance du tribunal de Lille a été transmise à Google qui m’en a gracieusement fait part.(capture ci dessus).

 Les scandales qui défient l’opinion pointent vers la responsabilité/complicité des média dans le camouflage des criminels, particulièrement ceux de l’oligarchie régnante de France ou du monde « civilisé ». Tous les supports matériels de l’information qui participent au pourrissement de la société via la production et la diffusion de contenu contraire aux lois, celles prescrites par Dieu. Pas celles inventées par la gouvernance mondiale juive inspirée du satanique Talmude, qui déclare licite la destruction de l’individu, de la famille, de la religion !
 Honneur des Klaba disent ils ?
– Qu’en est-il de celui des victimes que les serveurs OVH exposent et livrent à la débauche, à la corruption, et à la dépravation ? Un commandement talmudique ? 
Diffamation ?
– Qu’en est-il de celle prononcée contre le Prophète Mohamed (Salut et Paix sur Lui) que le serveur OVH diffuse en paiement de redevances infâmes versées par « Charlie Hebdo » ?
– Que dire du mépris affiché envers 1500 millions de Musulmans dont le Guide et Messager, Envoyé de Dieu, Père spirituel de la foi, personne adulée par 80 nations, est insulté pour cause de cupidité insatiable, de matérialisme maladif, et de haine raciale qui hante la « tribu » ? Ou bien de la pure « Chuzpah » ?
– Pour un moindre tracas, une opération de diversion/ false-flag, une vraie pièce théâtrale mise en scène par les média kosher et présentant au public naif les contorsions d’Eric Besson certifiant l’authenticité de « Wikileaks » (orchestrée par le Mossad) Octave monte sur ses grands chevaux pour défendre son droit au secret professionnel, en clamant son innocence, sa virginité politique, son intégrité, son ingénuité spirituelle ? Un bon coup de pub ? Finalement, une arnaque encensée par l’indulgence d’une justice à géométrie variable. Faisons la comparaison avec l’affaire du site d’Histoire authentique, AAARGH ! Deux poids, deux mesures !
Conclusion : 
Posons nous la question de savoir si la percée d’OVH dans l’industrie du net et de la communication est due uniquement au « talent » de ses dirigeants ? Ce cas serait sans aucun doute une première et unique exception dans la longue série des « success stories » des géants de la communication, de l’internet, et de l’informatique/programmation, car toutes marquées par la présence d’un inventeur/plagiste juif : Bill Gate, Larry Page et Sergey Brin, Mark Elliot Zuckerberg, etc…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

A Good Life in Paris

Enhancing your Parisian experience - Creating a thriving life in Paris

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ombre43

Revue de presse nationale et internationale.

Le blog de Brahim Younessi

"La destination du chercheur dépend de la route qu'il suit." Ibn Arabi

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

WaKongo

La Vision du monde d'un afro pour les afros

L'arrogante

Blog lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

Le blogue de Normand Nantel

Bienvenu dans mon univers! Vous êtes ici chez-vous.

Salimsellami's Blog

La Liberté d'expression n'a jamais été l'expression de la Liberté.....حرية التعبير لم تكن أبدا تعبير عن الحرية

Venezuela infos

En Occident il y a bien longtemps que la gauche n‘ose plus parler de démocratiser la propriété des médias. Les grands groupes privés imposent leur image du monde au service public et... balisent l'imaginaire de la gauche. Comme le Venezuela construit une démocratie participative et bat les records en nombre d'élections, les grands médias personnalisent le processus : «Chavez ceci», «Maduro cela», «populiste», «dictateur», «iranien». Ceci est le journal d'une révolution, aux antipodes de l’AFP ou de Reuters.

Title Goes Here

Randome crap I feel like bloging about when I feel like blogging!

Histoire Islamique

Histoire Islamique et générale

Gourmand et Curieux

Pâtisseries maison, faites avec bonheur en Normandie !

c'est pas moi je l'jure!

Un p'tit coin d'paradis loin du monde. Des chats, des recettes, des jeux, des voyages, des coups de gueule, des coups de blues, de la musique, des rigolades, et tout ça pour pas un sou!

A Good Life in Paris

Enhancing your Parisian experience - Creating a thriving life in Paris

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ombre43

Revue de presse nationale et internationale.

Le blog de Brahim Younessi

"La destination du chercheur dépend de la route qu'il suit." Ibn Arabi

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

WaKongo

La Vision du monde d'un afro pour les afros

L'arrogante

Blog lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

Le blogue de Normand Nantel

Bienvenu dans mon univers! Vous êtes ici chez-vous.

Salimsellami's Blog

La Liberté d'expression n'a jamais été l'expression de la Liberté.....حرية التعبير لم تكن أبدا تعبير عن الحرية

Venezuela infos

En Occident il y a bien longtemps que la gauche n‘ose plus parler de démocratiser la propriété des médias. Les grands groupes privés imposent leur image du monde au service public et... balisent l'imaginaire de la gauche. Comme le Venezuela construit une démocratie participative et bat les records en nombre d'élections, les grands médias personnalisent le processus : «Chavez ceci», «Maduro cela», «populiste», «dictateur», «iranien». Ceci est le journal d'une révolution, aux antipodes de l’AFP ou de Reuters.

Title Goes Here

Randome crap I feel like bloging about when I feel like blogging!

Histoire Islamique

Histoire Islamique et générale

Gourmand et Curieux

Pâtisseries maison, faites avec bonheur en Normandie !

c'est pas moi je l'jure!

Un p'tit coin d'paradis loin du monde. Des chats, des recettes, des jeux, des voyages, des coups de gueule, des coups de blues, de la musique, des rigolades, et tout ça pour pas un sou!

%d blogueurs aiment cette page :