Si l’arrestation au consulat saoudien d’Istanbul puis son exfiltration vers Ryiad du journaliste Jamal Khashoggi, critique du prince héritier MBS, devait se confirmer, je vois mal comment les pays alliés de l’Arabie –

Doh5qeNXsAAweflA

Jamal Khashoggi, journaliste saoudien de renom et trublion

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi lors d'une conférence de presse à Manama, le 15 décembre 2014
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi lors d’une conférence de presse à Manama, le 15 décembre 2014 Photo MOHAMMED AL-SHAIKH. AFP

Jamal Khashoggi, porté disparu depuis mardi, est un journaliste saoudien de renom, connu pour son franc-parler, qui s’est exilé aux Etats-Unis en 2017 après être tombé en disgrâce à la cour du prince héritier Mohammed ben Salmane.

M. Khashoggi, notamment rédacteur d’articles d’opinion pour le Washington Post, n’a plus été vu depuis qu’il est entré au consulat saoudien à Istanbul, selon sa fiancée. Aucune information n’a pu être obtenue par l’AFP auprès d’autorités turques et saoudiennes.

Brillant intellectuel qui aura 60 ans le 13 octobre, Jamal Khashoggi n’a jamais mâché ses mots que ce soit lorsqu’il a dirigé des rédactions dans son pays ou quand il a pris la plume depuis l’Occident pour critiquer le royaume saoudien à l’ère du puissant prince Mohammed, surnommé «MBS».

Le 6 mars, il écrivait ainsi dans un éditorial co-signé avec Robert Lacey dans le quotidien britannique The Guardian: «Pour son programme de réformes intérieures, le prince héritier mérite des éloges. Mais ce jeune et impétueux innovateur n’a ni encouragé ni permis le moindre débat en Arabie saoudite sur la nature de ses nombreux changements».

«Il semble faire bouger le pays d’un extrémisme religieux d’une autre époque vers son propre extrémisme +Vous devez accepter mes réformes+, sans aucune consultation et avec des arrestations et des disparitions de ses détracteurs. Son programme ignore-t-il la plus importante des réformes, la démocratie?»

M. Khashoggi a quitté son pays après une campagne d’arrestations de dissidents, dont des prédicateurs et des intellectuels, en septembre 2017.

A l’époque, il avait annoncé avoir été interdit de s’exprimer dans le quotidien panarabe Al-Hayat, propriété du prince saoudien Khaled ben Sultan al-Saoud, pour avoir défendu la confrérie islamiste des Frères musulmans, classée «terroriste» par Ryad.

Dès septembre 2017, dans une tribune publiée par le Washington Post, M. Khashoggi écrivait: «Quand je parle de peur, d’intimidation, d’arrestations et d’humiliations publiques d’intellectuels et de dirigeants religieux et que je vous dis que je suis d’Arabie saoudite, êtes-vous surpris?»

Les autorités saoudiennes lui avaient précédemment demandé d’arrêter d’utiliser son compte Twitter alors qu’il avait «incité à la prudence par rapport à une étreinte trop forte» du président américain Donald Trump, très apprécié au palais royal à Ryad.

– Carrière mouvementée –

Jamal Khashoggi a aussi critiqué la politique saoudienne à l’égard du Yémen et du Qatar. Au Yémen, Ryad mène une guerre contre des rebelles soutenus par l’Iran et le Qatar fait l’objet d’un embargo saoudien pour ses liens présumés avec les Frères musulmans.

Homme grand de taille, portant des lunettes, une moustache et un bouc grisonnant, M. Khashoggi est né dans la ville sainte de Médine (ouest).

Proche de l’islamisme radical dans sa jeunesse, il a ensuite embrassé des idées libérales.

Il a commencé sa carrière de journaliste dans les années 1980, collaborant notamment à Saudi Gazette, Okaz et Asharq al-Awsat.

Jamal Khashoggi a couvert des conflits et a interviewé à plusieurs reprises en Afghanistan et au Soudan l’ancien chef d’Al-Qaïda, feu Oussama ben Laden.

Jugé trop progressiste, il avait été contraint à la démission en 2003 du poste de rédacteur-en-chef du quotidien saoudien Al-Watan. Il y était revenu en 2007, mais était reparti en 2010 après un éditorial jugé offensant pour les salafistes, courant rigoriste de l’islam qui prône une obéissance totale au gouvernant.

M. Khashoggi a longtemps entretenu des rapports ambigus avec le pouvoir saoudien, ayant occupé des postes de conseiller, notamment auprès d’un ancien ambassadeur à Washington, le prince Turki al-Fayçal, qui a aussi dirigé les Renseignements saoudiens.

Un autre prince, le milliardaire Al-Walid ben Talal, lui avait confié la direction d’une grande chaîne panarabe d’information en continu, «Alarab».

Mais ce projet, qui devait être lancé en 2015 depuis Bahreïn, n’a jamais vu le jour après une interdiction des autorités de Manama, très proches de Ryad.

Le prince Al-Walid a lui-même été détenu entre novembre 2017 et janvier 2018 à l’hôtel Ritz-Carlton de Ryad avec des dizaines de personnalités accusées de «corruption».

Affaire à suivre!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

La plume d'un enfant du siècle

"Le goût de la vérité n'empêche pas la prise de parti"

A Good Life in Paris

Enhancing your Parisian experience - Creating a thriving life in Paris

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ombre43

Revue de presse nationale et internationale.

Le blog de Brahim Younessi

"La destination du chercheur dépend de la route qu'il suit." Ibn Arabi

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

WaKongo

La Vision du monde d'un afro pour les afros

L'arrogante

Blog lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

Le blogue de Normand Nantel

Bienvenu dans mon univers! Vous êtes ici chez-vous.

Salimsellami's Blog

La Liberté d'expression n'a jamais été l'expression de la Liberté.....حرية التعبير لم تكن أبدا تعبير عن الحرية

Venezuela infos

En Occident il y a bien longtemps que la gauche n‘ose plus parler de démocratiser la propriété des médias. Les grands groupes privés imposent leur image du monde au service public et... balisent l'imaginaire de la gauche. Comme le Venezuela construit une démocratie participative et bat les records en nombre d'élections, les grands médias personnalisent le processus : «Chavez ceci», «Maduro cela», «populiste», «dictateur», «iranien». Ceci est le journal d'une révolution, aux antipodes de l’AFP ou de Reuters.

Title Goes Here

Randome crap I feel like bloging about when I feel like blogging!

Histoire Islamique

Histoire Islamique et générale

Gourmand et Curieux

Pâtisseries maison, faites avec bonheur en Normandie !

La plume d'un enfant du siècle

"Le goût de la vérité n'empêche pas la prise de parti"

A Good Life in Paris

Enhancing your Parisian experience - Creating a thriving life in Paris

Buzzles

La pièce d'info qui vous manque

histoireetsociete

dieu me pardonne c'est son métier...

Aphadolie

News Worldwide

Ombre43

Revue de presse nationale et internationale.

Le blog de Brahim Younessi

"La destination du chercheur dépend de la route qu'il suit." Ibn Arabi

Le SEUM Collectif

Lutte contre les oppressions. Si on gagne, tant mieux.

WaKongo

La Vision du monde d'un afro pour les afros

L'arrogante

Blog lifestyle, culture, sport et bonnes adresses.

Le blogue de Normand Nantel

Bienvenu dans mon univers! Vous êtes ici chez-vous.

Salimsellami's Blog

La Liberté d'expression n'a jamais été l'expression de la Liberté.....حرية التعبير لم تكن أبدا تعبير عن الحرية

Venezuela infos

En Occident il y a bien longtemps que la gauche n‘ose plus parler de démocratiser la propriété des médias. Les grands groupes privés imposent leur image du monde au service public et... balisent l'imaginaire de la gauche. Comme le Venezuela construit une démocratie participative et bat les records en nombre d'élections, les grands médias personnalisent le processus : «Chavez ceci», «Maduro cela», «populiste», «dictateur», «iranien». Ceci est le journal d'une révolution, aux antipodes de l’AFP ou de Reuters.

Title Goes Here

Randome crap I feel like bloging about when I feel like blogging!

Histoire Islamique

Histoire Islamique et générale

Gourmand et Curieux

Pâtisseries maison, faites avec bonheur en Normandie !

%d blogueurs aiment cette page :