Dernieres infos

Dr. Saïd Bouamama: «Bouteflika symbolise le gel de plusieurs tendances et ne permet pas de construire quoi que ce soit»

Dit Bouamama 4c0a6

Mohsen Abdelmoumen: Quelle est votre lecture de la situation géopolitique qui prévaut actuellement en Syrie?

Dr. Saïd Bouamama: La situation en Syrie est d’abord une situation d’échec de l’impérialisme. En fait, ce qui se passe en Syrie a été une tentative de déstabilisation de l’État syrien en soutenant des groupes djihadistes. Nous pensons ce que nous voulons de Bachar al-Assad, mais il a rendu un grand service à l’humanité en arrêtant cette déstabilisation et cette tentative de balkanisation de la Syrie. Car en réalité, c’est une balkanisation. Si nous regardons toutes les dernières guerres, ce que j’appelle les nouvelles guerres coloniales, que reste-t-il? L’Irak est coupé en morceaux, l’Afghanistan est un chaos total, en Somalie, c’est le massacre et le Soudan est coupé en deux. En réalité, il existe aujourd’hui une telle concurrence entre les grandes puissances que, pour continuer à faire des bénéfices, il est nécessaire de déstabiliser les États qui peuvent être des États de résistance ou des États qui n’acceptent pas les règles imposées par plusieurs grands pays.

Comment expliquez-vous que l’administration Trump menace de frapper les positions de l’armée syrienne, de l’Iran et de la Russie alors qu’en réalité, ceux qui sont encerclés à Idlib sont pour la plupart des terroristes d’Al Nosra et de Daesh? Sauver Idlib, n’est-ce pas sauver Al-Nosra et Daech? Les Etats-Unis veulent-ils sauver les soldats impérialistes al-Nusra et Daesh?

Je pense que nous devons devenir lucides et cesser d’être naïf. Il n’y a pas de lutte cohérente contre le terrorisme de la part des États-Unis. En réalité, ils le combattent quand cela leur convient et le soutiennent quand cela leur convient. Et ce n’est pas nouveau. Il faut se rappeler que les premiers grands progrès des groupes djihadistes étaient en Afghanistan et que le prétexte pour les soutenir était de s’opposer à l’Union soviétique. Nous ne devons pas oublier que chaque fois que l’intérêt des États-Unis exige une déstabilisation, ils ont laissé faire ces groupes. Ils ne sont combattus que lorsque l’intérêt des États-Unis est en cause et que les États-Unis ne se battent donc pas contre eux. Il y a une bagarre à la fois, en morceaux, et un soutien à d’autres moments. Il est important de garder à l’esprit que les États-Unis n’ont pas de politique cohérente, ils ne connaissent que la politique de leur intérêt économique, même en détruisant des pays et en provoquant le massacre des populations, et si cela est nécessaire en soutenant des groupes terroristes, eh bien, ils le font. Malheureusement, cela a été fait avant la Syrie et si nous ne sommes pas en mesure de vacciner, cela se reproduira ailleurs.

J’ai interviewé Noam Chomsky il y a quelques années et il m’a dit textuellement que la Syrie allait être divisée en plusieurs zones. Il y a actuellement un redéploiement américain dans le nord de la Syrie. Ne pensez-vous pas qu’il existe un risque de confrontation totale, notamment entre les États-Unis et la Russie?

En fait, le projet américain, à ce stade, s’inscrit dans un long processus de déstabilisation de tous les États ayant une taille économique, une zone géographique et des richesses pétrolières ou gazières ou des minéraux stratégiques pour les balkaniser, il est plus facile de maintenir la domination dans le chaos. Et donc, nous avons eu plusieurs guerres auparavant. Avec la Syrie, c’est le même projet aujourd’hui, mais il y a d’autres pays et, en particulier, il y a la volonté de balkaniser l’Iran. N’oublions pas que les États-Unis n’ont pas renoncé à déstabiliser l’Iran. Mais l’Iran, en termes de rapport de force, est une autre affaire et les États-Unis sont extrêmement prudents. La Russie l’a très bien compris et a conclu des accords. La Russie n’est pas naïve et a compris qu’elle continuait à laisser cette balkanisation se balkaniser,

Avant que le secteur tchétchène n’entre dans le jeu?

Exactement, et c’est pourquoi nous avons un tel soutien de la Russie à la Syrie et que des accords existent avec l’Iran.

Les Russes considèrent la Syrie et l’Iran comme des profondeurs stratégiques.

Exactement. C’est comme si c’était un front intérieur. Et les Russes ont raison. Chaque déclin avant l’offensive de balkanisation est, à long terme, le danger d’une guerre avec la Russie qui augmente. Et chaque fois qu’il y a un échec de ce projet de balkanisation, c’est le danger de guerre qui recule. Et aujourd’hui, la bonne nouvelle est qu’ils n’ont pas réussi en Syrie. Et donc, cela les rend un peu plus prudents, mais bien sûr, ils n’abandonnent pas.

Ne pensez-vous pas que l’Algérie est une autre cible de l’impérialisme, en particulier des Etats-Unis et des Israéliens?

Bien sûr, c’est une cible et on peut même dire que si la Syrie avait été vaincue, l’Algérie serait le prochain pays cible. Il y a l’Iran puis l’Algérie. Il n’y a pas des milliers d’autres pays qui ont cette zone géographique et cette profondeur économique, donc l’Algérie est sur la ligne de mire. D’ailleurs, il y a un homme à écouter, même s’il est idiot, c’est Bernard-Henri Lévy. Il arrive souvent à dévoiler les stratégies de l’impérialisme parce qu’il veut se pavaner. Cet homme a néanmoins déclaré publiquement que l’Algérie signifie en réalité trois pays et qu’il était nécessaire de séparer le Sud, le Nord et la Kabylie dans trois pays. Nous pouvons voir que derrière cela, il y a des espaces, des lieux appelés des groupes de réflexion dans lesquels ils pensent à différents types de divisions, et en Algérie, il existe un plan de coupe.

Selon vous, nos révolutions, algériennes et africaines, sont-elles terminées? Ne pensez-vous pas que nous avons besoin d’un second souffle à nos révolutions pour achever la lutte de nos ancêtres?

C’est absolument nécessaire Premièrement, nous ne devons pas nous sentir coupables. Nous venons de si loin. Il ne faut pas sous-estimer la colonisation de l’Algérie et l’esclavage des pays de l’Afrique subsaharienne. C’est dire que le travail est immense pour se remettre d’un tel traumatisme. Nous ne devons pas dire «nous sommes nuls», etc. D’autre part, il est clair que le projet d’émancipation qui a mené à l’indépendance était un projet qui devait aller beaucoup plus loin que ce que nous avons fait aujourd’hui. Des questions aussi importantes que le développement économique, la répartition des richesses, l’implication des personnes dans les décisions restent des tâches à accomplir, et donc, oui, un second souffle est nécessaire. Nous savons également que l’indépendance a donné naissance à toute une série de parasites, des personnes qui profitent de l’appareil d’État pour détourner les revenus, etc.

C’est-à-dire, si je vous ai bien compris, les sincères patriotes algériens qui peuvent se retrouver parmi les jeunes, au sein de la population et des forces vives de la nation?

Absolument. Et la question de la jeunesse est bien sûr une question essentielle. Lorsqu’une partie de la jeunesse se tourne vers les djihadistes, nous ne pouvons pas prétendre que ce n’est pas important. Cela signifie que nous avons échoué sur un certain nombre de choses et que nous devons reprendre le combat. Vous savez, les jeunes veulent simplement construire leur avenir. C’est quand l’avenir devient impensable quand ils ne peuvent plus l’imaginer, qu’ils se tournent vers le passé et que les charlatans peuvent détourner leur colère légitime. Et donc, oui, il faut respirer et il faut retrouver la dynamique des deux premières décennies d’indépendance. Souvenez-vous de l’atmosphère où les jeunes ont obtenu leur diplôme universitaire dans les années 1974-1975. C’était plein d’espoir pour l’avenir, c’était l’idée de construire le pays, c’était l’idée de la réforme agraire et d’aller voir les agriculteurs, etc.

Ne pensez-vous pas qu’il existe un réel danger dû aux différents mouvements séparatistes en Algérie? Les élites politiques et économiques ne devraient-elles pas se montrer critiques et rester attentives aux défis géopolitiques qui nous guettent? L’Algérie, selon vous, peut-elle aller vers un changement positif progressif bien maîtrisé sans avoir peur? Deuxième question: la décennie rouge et noire ne nous a-t-elle pas vacciné contre les terroristes islamistes?

Sur la première question, oui, il existe de réels dangers avec les mouvements séparatistes, qui restent néanmoins extrêmement mineurs, y compris en Kabylie.

Et à Ghardaïa.

Oui. En fait, l’une des raisons du développement de ces mouvements est que nous avons été timides sur la question de l’identité. Aujourd’hui, les choses sont en train de rattraper, la langue amazighe est reconnue, etc., mais cela a pris trop de temps et lorsqu’une juste revendication n’est pas prise en compte, les charlatans peuvent venir chercher la frustration L’Algérie est pluriculturelle et multilingue et c’est une richesse. Il n’y a aucune raison de considérer cela comme une faiblesse, par conséquent, il faut l’accepter et tirer le tapis de sous les pieds à tous ceux qui voudraient exploiter ce problème.

Du côté des élites, il n’ya pas de secret, tous ceux qui sont attachés, quelles que soient leurs opinions politiques et économiques, l’intégrité territoriale de l’Algérie et la véritable indépendance, doivent garder à l’esprit que un minimum de redistribution économique. C’est-à-dire que s’il n’y a pas de redistribution économique, si la pauvreté s’installe si les gens sont dans la misère, les charlatans peuvent revenir instrumentaliser. C’est pourquoi notre jeunesse, même celle qui a écouté les charlatans, est avant tout une victime, car en réalité, si elle pouvait penser à son avenir, elle n’aurait jamais écouté ces voyous.

Vous parlez des années 1990. Aujourd’hui, quand on parle de la présence des Algériens à Daech, ils sont très mineurs par rapport aux autres peuples du Maghreb.

Absolument.

Comment analysez-vous cela? N’avons-nous pas été vaccinés par la décennie rouge?

Malheureusement, vous n’êtes jamais totalement vacciné. Mais cela a développé de véritables mécanismes de résistance et il faut savoir que ceux qui, au début, ont pu écouter des charlatans, se sont détournés lorsqu’ils ont vu ce qu’était ce projet de société. Il y a eu des régions entières où des votes énormes sont allés en faveur des charlatans et qui aujourd’hui ne veulent pas entendre parler de ces personnes. Donc, on peut voir que c’était une expérience populaire et, oui, il y a des anticorps en Algérie, plus forts que dans d’autres pays, car il y a eu cette tragédie. Nous avons payé un prix élevé pour cela. Mais attention, tant que les causes ne sont pas traitées, la maladie peut toujours revenir et nous revenons à la question précédente concernant la répartition de la richesse économique.

Le cinquième mandat du président Bouteflika est évoqué. Ne pensez-vous pas que le moment est venu d’accompagner un processus de renouvellement de toute la classe politique en Algérie, même au niveau de «l’opposition», car, pour moi, la crise n’est pas seulement au niveau du pouvoir, mais également au niveau de «l’opposition»? Le cinquième mandat ne devrait-il pas être abandonné pour injecter du sang neuf en Algérie et vacciner le pays contre divers risques, internes et externes? Ne devrions-nous pas abandonner cette alternative d’un mandat supplémentaire du président actuel et aller vers un changement piloté – pourquoi pas – par l’armée qui reste la force la plus structurée en Algérie? Quelle est votre opinion sur ce sujet?

En tout cas, je suis totalement opposé à l’idée d’un cinquième mandat. Aujourd’hui, Bouteflika symbolise le gel de plusieurs tendances et ne permet de rien construire. Je pense également qu’il existe un fossé entre la classe politique tout entière et la partie civile de la nation. Nous devons réussir à amener à la classe politique tous ces jeunes militants syndicaux, ces médecins, toute cette génération née après. Nous devons toujours passer le relais sur la base de l’intégrité territoriale et de l’indépendance économique. Il est temps qu’une nouvelle génération émerge.

Le président Bouteflika est très malade, très fatigué et il devrait laisser la place à quelqu’un d’autre. C’est du bon sens. Quelle est votre opinion à ce sujet?

Absolument. C’est une nécessité absolue et nous devons également remettre en question l’image que nous donnons à notre peuple et à d’autres peuples en gardant à tout prix un président malade.

Dire que nous sommes contre un cinquième mandat ne signifie pas être antipatriotique ou anti-national, au contraire, nous servons notre pays. Ne pensez-vous pas que ceux qui sont contre un cinquième mandat sont les vrais patriotes?

Absolument. Je pense qu’être patriote aujourd’hui, c’est être contre le cinquième mandat. Bien sûr.

Il y a un pays dont les gens sont légalement tués, c’est la Palestine. Ne pensez-vous pas qu’Israël, en plus d’être un État voyou, tire tous les avantages des problèmes associés aux diverses stratégies américaines visant à balkaniser la région arabo-musulmane?

Bien sûr. Pourquoi y a-t-il eu autant de soutien à la création d’Israël en tant qu’Etat? C’est simplement parce que cet état sert de tête de pont à toutes les interventions, à toutes les stratégies d’interférence, etc. Et donc, nous ne devrions pas considérer la lutte comme n’étant qu’entre Palestiniens et Israéliens. En fait, en affrontant Israël, les Palestiniens – et c’est pourquoi c’est une cause centrale de la lutte anticoloniale et anti-impérialiste – se heurtent à tout le camp impérialiste. Et Israël n’est pas isolé, car justement, il y a ce soutien. En réalité, imaginons que demain, il y ait un État palestinien démocratique et laïque, où les musulmans, les chrétiens et les athées vivent ensemble, la fin d’Israël signifierait que toute la stratégie impérialiste a échoué.

Que reste-t-il du message de Frantz Fanon?

Malheureusement, le message de Fanon a été largement oublié. Fanon a déclaré: « Faites attention à l’émergence des chefs d’entreprise de l’Occident dans les nouveaux pays indépendants », c’est-à-dire des personnes qui feront le travail que l’Occident a déjà fait avec son armée. Il a tendance à être oublié. Le message d’espoir est que, sur Frantz Fanon, en particulier, nous voyons son nom revenir alors qu’il avait complètement disparu. Une nouvelle génération redécouvre Fanon, malheureusement après plusieurs décennies d’oubli, et on voit de plus en plus de citations de Fanon et de plus en plus de jeunes reprennent son image. Il y a un retour à Fanon et c’est une bonne nouvelle.

Qu’est-ce qui vous a incité à écrire votre livre « Manuel stratégique de l’Afrique »?

Ce qui m’a poussé à écrire ce livre, c’était la fatigue des guerres qui se sont succédées. Et dans les « guerres », j’ai mis la décennie noire en Algérie jusqu’à l’intervention française au Mali. La question était « que se passe-t-il sur ce continent? » et la nécessité de répondre à toutes les théories qui nous ont été données, qui étaient des théories culturalistes, c’est-à-dire qu’on nous a dit que la guerre en Algérie était une opposition entre musulmans et militaires. autre. Tout cela me semblait complètement erroné par rapport aux réalités. Alors je suis allé voir ce qui était commun à toutes ces guerres. Bien sûr, j’avais des intuitions et je suis tombé sur la confirmation de mes intuitions. Toutes ces guerres ont une chose en commun: le défi économique. Que ce soit en Algérie, Nous devons avoir à l’esprit les intérêts des grandes puissances pour le pétrole et le gaz algériens, que ce soit au Congo avec ces guerres qui ne se terminent pas et avec la richesse du Congo. En fait, le continent africain est le continent le plus riche et le continent où nous continuons à faire des découvertes de minerais et de pétrole dans les eaux extracôtières. Il s’agit donc d’un énorme défi pour les grandes puissances et de matériaux. En outre, la grande crainte des pays occidentaux était l’émergence de nouveaux pays comme la Chine, l’Inde ou le Brésil qui commercent avec les pays africains et commercent avec des règles plus égalitaires et avec moins de domination. Et, en effet, c’est l’intérêt direct des grandes puissances impérialistes qui est en jeu. Quand l’Algérie passe un contrat avec la Chine pour la construction de routes, etc. vous imaginez que ceux qui considéraient l’Algérie comme leur marché ne sont pas contents. Quand c’est le Congo qui a un contrat, la Belgique ne peut pas être heureuse. Et donc, il y a ces deux facteurs qui combinent et expliquent le drame africain, car c’est un véritable drame. D’Alger au Congo, il y a eu des dizaines de guerres depuis l’indépendance et je n’ai parlé que de guerres depuis l’indépendance, je n’ai pas parlé de guerres d’indépendance. Je viens de signaler ceux de 1960 à aujourd’hui. Toutes ces guerres sont les mêmes. Je n’ai pas parlé de guerres d’indépendance. Je viens de signaler ceux de 1960 à aujourd’hui. Toutes ces guerres sont les mêmes. Je n’ai pas parlé de guerres d’indépendance. Je viens de signaler ceux de 1960 à aujourd’hui. Toutes ces guerres sont les mêmes.

Pourquoi avoir choisi les éditions Investing’action de notre ami Michel Collon? Est-ce que d’autres éditeurs ont refusé de publier votre livre? Votre livre est-il dérangeant? Avez-vous été censuré?

Non, je n’ai pas été censuré. Je n’ai même pas pensé à présenter ce livre à d’autres éditeurs pour la simple raison que je sais très bien où nous en sommes aujourd’hui dans de nombreuses maisons d’édition sur des questions anti-impérialistes. Ce projet est né à la suite d’un certain nombre d’articles que j’avais écrits sur les actualités et où, en parlant avec Michel, il me disait: «Mais Saïd, tu ne te rends pas compte, tu nous as parlé de l’Algérie, nous à ce sujet et cela, quand vous nous faites un livre global? »C’est ainsi que ce livre a été réalisé. Franchement, je ne vois pas de grands éditeurs le reprendre aujourd’hui. C’est inimaginable dans le monde francophone. C’est différent dans d’autres pays, par exemple en Angleterre.

Ou aux États-Unis.

Oui, aux États-Unis, ce serait différent, mais dans le monde francophone, il est clair que les maisons d’édition sont aujourd’hui fermées sur ces questions.

Que peuvent dire les intellectuels anti-impérialistes, engagés, anti-impérialistes et anti-sionistes?

Que nous ne devons jamais désespérer des peuples Il y a des moments où nous pensons que les choses sont plus, il y a des moments où nous désespérons de voir les échecs, mais en réalité, tant qu’existera l’ oppression, la résistance existe , et nous sommes parfois surpris de constater que deux ans après notre désespoir, eh bien, il y a une offensive dans un pays que nous ne pensions pas du tout. Je pense que nous sommes sortis de la période de recul. Nous ne devons pas sous-estimer ce qui s’est passé en Syrie, qui est la fin de ce processus de déclin. il ne faut pas sous-estimer la résistance en Amérique latine, au Venezuela, au Nicaragua, etc.

À Cuba.

A Cuba, oui. Tout cela montre une chose: depuis l’effondrement de l’Union soviétique, nous allions de recul en recul, les gens perdaient, perdaient, perdaient. Et là, il y a un arrêt. Bien sûr, nous avons tellement reculé que nous avons du mal à apprendre les faits. Mais si nous combinons tout cela, si nous regardons les luttes dans tous les pays, nous voyons une jeunesse qui se mobilise, etc. Alors, à court terme, à un an ou deux, il n’y a pas de changement immédiat, mais que les gens commencent à apprendre de cette période de vingt-cinq ans de déclin. Et aujourd’hui, nous avons des points d’arrêt. Par exemple, ils ont éliminé Gbagbo, mais regardent le nombre de manifestants exigeant que Gbagbo revienne. C’était inimaginable il y a quelques années. Et ainsi, nous pouvons voir que quelque chose bouge dans l’anti-impérialisme et je pense que nous entrons dans une nouvelle séquence de mobilisation. Cette’ s pour les pays du sud. Car ici, c’est à nous d’être à la hauteur, de relever le défi et de faire connaître les luttes qui vont se développer.

Ne pensez-vous pas que nous avons besoin d’un front mondial anti-impérialiste et anti-sioniste qui sera décisif dans les luttes à venir?

Mon précédent livre, juste avant le dernier, est un livre intitulé  » La Tricontinentale: les peuples du tiers-monde à l’assaut du ciel  « . Pourquoi ai-je écrit ce livre? Parce que la conférence tri-continentale tenue à Cuba en 1965-1966 était le moment où l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine étaient unies et que, parallèlement, tous les mouvements progressistes en Europe soutenaient le Tricontinental. Je pense que c’était le moment où nous étions le plus loin dans ce mouvement. Si j’ai écrit ce livre, c’est parce que je pense qu’il est temps de trouver ce genre de dynamique.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr Saïd Bouamama?

Saïd Bouamama est un sociologue, militant et politique algérien résidant en France. Docteur en socio-économie, il a principalement écrit sur des sujets liés à l’immigration, tels que la discrimination et le racisme. En tant que l’un des fondateurs du mouvement «Indigènes de la République», il est également affilié à la CGT (Confédération générale du travail), l’un des porte-parole du Comité de soutien aux sans-papiers à Lille (France) et membre de la coordination communiste. Membre de l’Association Intervention Formation Action Recherche (IFAR), il est responsable de la recherche et de la formation des travailleurs sociaux. Il est également membre de PHARE (Praxis History Action Action Research Education populaire pour l’égalité), organisation de l’intervention sociologique qu’il a co-fondée.

Il fait partie des fondateurs et animateurs du Front uni de l’immigration et des quartiers populaires créés en 2012 à la suite de deux rassemblements nationaux: le Forum social des quartiers populaires et les réunions nationales des luttes de l’immigration.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s