Yémen les chars français au Yémen, histoire d’une corruption d’envergure étatique la vente de chars français aux Émirats arabes unis, ceux-là même actuellement utilisés dans la guerre au Yémen,

Yémen (image d'illustration)

 les chars français au Yémen, histoire d’une corruption d’envergure étatique

la vente de chars français aux Émirats arabes unis, ceux-là même actuellement utilisés dans la guerre au Yémen, s’est accompagnée du versement de 200 millions de dollars d’argent noir sur des comptes situés dans des paradis fiscaux, relate le site Mediapart.

Selon les documents dont disposerait Wikileaks, la vente de chars français fabriqués par l’entreprise GIAT (Groupement industriel des armements terrestres, aujourd’hui Nexter) aux Émirats arabes unis, les mêmes chars auquel le pays a actuellement recours dans le conflit au Yémen, cacherait un sérieux cas de corruption, il s’agirait de 200 millions de dollars d’argent noir versé sur des comptes domiciliés dans des paradis fiscaux.

à l’époque, en 1993, le contrat de vente des chars Leclerc aux Émirats avait été qualifié par la presse française de «contrat du siècle», le marché prévoyant la livraison de 388 chars, 46 véhicules armés et de grandes quantités de munitions pour 3,6 milliards de dollars, montant revu ensuite à la baisse, à savoir 3,2 milliards de dollars. des négociations secrètes avaient toutefois débuté deux ans auparavant. En janvier 1991, sous le gouvernement de Michel Rocard, Paris avait missionné, par l’intermédiaire de l’entreprise GIAT, un émissaire du nom d’Abbas Ibrahim Yousef al-Yousef, «très introduit auprès des autorités d’Abou Dabi».

La situation au Yémen

une des sociétés offshore d’al-Yousef, Kenoza Industrial Consulting & Management Inc., «domiciliée par un cabinet panaméen dans les îles Vierges britanniques, l’un des pires paradis fiscaux de la planète», a obtenue de GIAT en 1991 des commissions pour la future vente des chars français aux Émirats.Gardée secrète jusqu’à présent, cette information a fait surface suite à un différend entre al-Yousef et GIAT, qui a été porté entre 2008 et 2010 devant le tribunal arbitral de Paris, une justice privée qui contourne la justice ordinaire, précise Mediapart en citant Wikileaks. Après avoir touché 195 millions de dollars des 234 promis jusqu’en mars 2000, l’intermédiaire s’était adressé à la justice arbitrale pour demander à GIAT de lui payer les 40 millions de dollars restant, souligne le média. C’est alors que l’entreprise a reconnu «une disproportion entre le montant des commissions et les services fournis» réellement par al-Yousef, avouant qu’il avait «commis des actes de corruption», d’après les termes du jugement du 30 septembre 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.