L’intérêt de l’Algérie avant tout. Des ONG accusent de nouveau l’Algérie de maltraiter les migrants…..

En Palestine occupée , le sioniste netanyahou a mis les migrants au pied du mur. Il leurs a donné un ultimatum de quitter le pays, autrement c’est la prison qui les attend. Et aucune ONG n’ a ouvert sa gueule….Les pays occidentaux expulsent les migrants en situation irrégulière a bras le corps et par charters entiers……………et personne ne trouve a en redire.C’est normale,il faut appliquer les lois du pays,disent-ils.Mais la,ils essayent d’amplifier et de politiser les choses.Moi je dis,rapatriez moi tous ce beau monde chez lui et laisser les chiens aboyer.Le jour ou cette nébuleuse gauchiste sionisante aux ordres,nous donne du pain pour bouffer,la,on va tenir compte de leur avis.

PMA, migrants subsahariens, rapatriement

PMA vient de ressortir la vieille rengaine sur le sort tragique des migrants subsahariens en Algérie. D. R.

Par R. Mahmoudi – Vingt-et-une associations internationales et algériennes, membres d’une obscure Plateforme migration Algérie (PMA), dont Médecins du monde, Caritas ou la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), viennent de ressortir la vieille rengaine sur le sort «tragique» des migrants subsahariens en Algérie.

Dans une déclaration rapportée dimanche par l’agence française AFP, ces ONG se disent préoccupées par la reprise des interpellations de migrants subsahariens en Algérie, «ce qui les contraint à se cacher», tout en évoquant des «conséquences désastreuses» sur leur santé et leurs conditions de vie.

«Après une vague d’expulsions massives en septembre et octobre, lit-on dans la déclaration, les interpellations ont repris» en Algérie, depuis le 10 février, «dans la rue et les transports en commun, mais aussi sur les chantiers de travail et dans les lieux de vie des migrants».

Ce collectif accuse les autorités algériennes de procéder à des expulsions, «sans distinction de nationalité», qui, selon lui, «séparent parfois les familles et isolent les mineurs». Et de poursuivre : «Face à la crainte d’être arrêtés, les migrants s’enferment dans leurs domiciles. Si les expulsions se poursuivent, les migrants se verront forcés de vivre cachés, accentuant ainsi leur situation d’extrême vulnérabilité.»

Plus alarmistes, ces activistes parlent d’une situation sanitaire et médicale qui risque de devenir «rapidement préoccupante» en raison de la rupture de l’accès aux soins et du ravitaillement en nourriture.

Reprenant les mêmes calomnies au sujet des conditions de rapatriement des premières vagues de migrants, en septembre dernier, les membres de ce collectif écrit que des centaines de Nigériens, de Maliens, d’Ivoiriens, de Camerounais, de Libériens et de Guinéens, dont des femmes enceintes et des enfants, «ont été emmenés en camion le 14 février à la frontière avec le Niger, à environ 400 km plus au sud, et ont été ensuite contraints de rejoindre à pied, en plein désert», la localité d’Assamaka, au Niger, à une quinzaine de kilomètres de la frontière.

R. M.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s