La police contre des manifestants bloquant les aéroports.

Publicités

L’ONU et l’UA soutiennent le facilitateur Mkapa

Agence BUJUMBURA News

drapeau_de_lunion_africaine-svgL’ONU et l’UA soutiennent le facilitateur Mkapa

Les Nations unies et l’Union africaine (UA) ont réaffirmé leur soutien au facilitateur dans la crise burundaise, l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, pourtant désavoué en décembre par l’opposition, qui l’accuse d’avoir pris parti pour le gouvernement de Bujumbura.

Réunis vendredi à Addis Abeba en amont d’un sommet de l’UA, les « garants de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région », parmi lesquels l’ONU et l’UA, disent « avoir pris note de l’évolution récente de la situation au Burundi », selon un communiqué publié samedi soir.

Ils ont ensuite « réaffirmé leur plein appui à la facilitation de la Communauté de l’Afrique de l’Est conduite par l’ancien président de la Tanzanie, Benjamin Mkapa ».

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis la candidature en avril 2015 de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son…

Voir l’article original 150 mots de plus

Ce hmar louzi.devrait plutot s’occuper de son bled…vendu au tourismes pervers…l’Algerie est UNie…..

31 janvier 2017

« Notre mission est de soutenir le GPK, par tous les moyens légaux, pour permettre à nos frères et sœurs amazighs de Kabylie de se libérer et de trouver le chemin de l’indépendance… », déclare sans honte bue, le marocain, Omar Louzi, président du comité marocain de soutien au GPK.

Avant de se lancer dans des manœuvres d’un autre âge, les auteurs de la déclaration devraient se poser cette question : en vivant sous une monarchie absolue, est-ce qu’ils ne devraient pas penser à se libérer de leur propre système archaïque ? En tout cas, bien que le système politique algérien ait des défauts colossaux, je ne crois pas que les Amazighs d’Algérie soient moins libres que sous de la monarchie alaouite.

Dans le fond, ce soutien ne fait que confirmer l’idée que tout le monde se faisait des intentions marocaines. Depuis des années, le Makhren œuvre pour la déstabilisation de l’Algérie. Pour ne pas être chauvin, il doit en être de même des autorités algériennes. Le but ici n’est pas d’opposer un régime gentil à un régime méchant. Or, en restant jusque-là au-dessus de la mêlée, les deux peuples font preuve d’une grande intelligence.

Du coup, là où le bât blesse, c’est quand des citoyens –la majorité des deux peuples souhaite sans doute un rapprochement voire la constitution d’une zone nord-africaine de coopération –rentrent dans le jeu malsain des exécutifs.

Par ailleurs, malgré son caractère isolé, cette initiative est aussitôt exploitée par le chef autoproclamé de la Kabylie. « Le MAK-Anavad est d’ores et déjà mobilisé pour une collaboration étroite avec nos frères marocains dans le but de parvenir à l’indépendance de la Kabylie », réagit-il.

Mais, si cette indépendance est vitale pour la Kabylie, pourquoi le chef séparatiste kabyle n’annonce pas son soutien aux mouvements séparatistes marocains ? En d’autres termes, pourquoi ce qui est bon pour l’Algérie ne l’est pas pour le Maroc ? En ne défendant pas le principe de réciprocité, Ferhat Mehenni s’assure le soutien officiel du Makhzen.

Toutefois, il est un secret de polichinelle qu’il existe, au Maroc, une grande agitation dans la région rifaine. Celle-ci compte au moins quatre mouvements séparatistes, dont le mouvement pour l’autonomie du Rif (MAF) ou le mouvement du 18 septembre pour l’indépendance du Rif. Du coup, au lieu de soutenir le mouvement séparatiste en Algérie, pourquoi Omar Louzi ne soutient pas celui de ses compatriotes ? C’est là qu’on comprend que l’initiative du comité marocain ne vise qu’à nuire à la stabilité de l’Algérie.

Pour conclure, il va de soi que l’attachement de la majorité des Kabyles à l’unité nationale ne peut être ébranlé par un soutien dont la seule motivation est la déstabilisation du pays. Bien évidemment, les Algériens, et notamment ceux de la région de Kabylie, devraient hisser le niveau. La haine n’engendre rien de positif. En revanche, ils ne doivent manifester aucune faiblesse s’agissant de l’unité nationale, scellée par le sang des meilleurs fils d’Algérie.